Club Auvergne Papier-Monnaie Chamalières

CLUB AUVERGNE PAPIER-MONNAIE CHAMALIERES

Les assignats dits «à face royale» sont dénommés ainsi parce que l’effigie du roi Louis XVI apparait dans un médaillon avec la mention «Louis XVI roi des François» sur 23 assignats émis de 1790 à 1792. Les 29 autres assignats émis de 1792 à 1795 ne comportent plus l’effigie du roi. Les premiers datent des 16 et 17 avril 1790 et le dernier du 24.10.1792.

Louis XVI est détrôné le 21 septembre 1792, condamné à mort le 15 janvier 1793 et guillotiné le 21 du même mois.

Malgré cela, des créations d’assignats à face royale seront décrétées après la suspension du roi et même après l’abolition de la royauté. Ils seront encore en usage pour certains paiements (achat de mobilier national, paiement d’impositions ou de dettes publiques, encaissement des régiments, paiements des billets de loterie) jusqu’en septembre 1795.

LES DIFFERENTES VALEURS EMISES :

Nous les présenterons par valeurs faciales croissantes selon l’ouvrage de Maurice Muszynski : "Les assignats de le révolution française".

Nota :Plusieurs de ces assignats, en particulier les numéros 1 et 2, ont servi de monnaie de siège lors du siège de Mayence en 1793. Surchargés et élevés au double de leur valeur au verso avec six signatures manuscrites et un cachet rouge.

Les assignats à face royale eurent bien sûr de nombreux faux. Pour lutter contre les faussaires, il fut institué : la condamnation à mort des faussaires et la récompense aux dénonciateurs. Des points, des numéros et des signes secrets des timbres secs et des assignats vérificateurs signés du directeur de la fabrication des assignats accompagnés de deux conventionnels membres de la commission des finances (dont Gilbert, Amable JOURDE (1757-1837), député du Puy-de –Dôme) complètent ce dispositif. Un bureau de vérification était établi dans chaque ville.

Avec la création des assignats en 1790, les pièces d’or et d’argent mises de côté par leurs possesseurs disparurent de la circulation entraînant la dépréciation des assignats dès le 3ème mois de leur mise en circulation. Lors de la création du dernier assignat à face royale en 1792, il avait déjà perdu 40% de sa valeur, c'est-à-dire que pour obtenir 60 livres en or, il fallait donner 100 livres en assignats.

Les assignats à face royale sont tous d’une rareté allant de R2 à Hors Cote.

Docteur Pierre LACOUR

BIBLIOGRAPHIE:

Retour aux exemples de causeries