Club Auvergne Papier-Monnaie Chamalières

CLUB AUVERGNE PAPIER-MONNAIE CHAMALIERES

Les billets français de la Banque de France sont, dit-on, les plus beaux du monde. Il suffit pour s’en persuader de comparer un billet de 5.000 Frs Union Française avec un billet de 1.000 Frs Trésor Central de fabrication anglaise ou 1 billet de 1.000 Frs de fabrication américaine de 1944. Pourtant ces 3 billets ont été fabriqués à la même époque et dans les conditions difficiles de la seconde guerre mondiale. Cette qualité de fabrication française ne laissera pas indifférent des pays soit dépourvu d’imprimerie nationale soit à la recherche de moyens techniques ayant fait leurs preuves dans le domaine de la sécurité contre les faussaires.

C’est ainsi qu’en mars 1934 le Gouverneur de la Banque de Grèce demande à la Banque de France de lui créer une gamme de 3 billets respectivement de 50, 100 et 1.000 drachmes.

LA DRACHME UNE VIEILLE CONNAISSANCE :

Dans le monde, le nom d’une monnaie est parfois éphémère. Sous la pression d’événements économique ou politique, des changements interviennent : mil reis devient cruzeiro puis cruzeiro novo ensuite cruzado et cruzado novo et puis de nouveau cruzeiro et cruzeiro réal et enfin reais. Tous ces changements en moins de 100 ans pour un pays : le Brésil. D’autres noms sont immuables comme la drachme en Grèce dont les origines se situent au 4ème siècle avant JC et la fin …en 2002 avec l’arrivée de l’euro. Evidement la drachme d’avant 2002 n’avait qu’un lien nominal avec celle qui circulait au temps d’Herotode (sous forme de monnaies métalliques bien évidemment).

Nota : des dévaluations sont intervenues et, en 1944 la nouvelle drachme qui succède à l’ancienne est échangée à raison de 50 milliards de drachmes pour 1 ancienne.

LES BILLETS DE CETTE GAMME FRANÇAISE :

La commande grecque de 1934 concerne : la maquette qui est confiée à Sébastien Laurent, le papier (fabriqué à Longues-Vic-le-Comte) et l’impression à la Banque de France de Chamalières. Le cahier des charges est drastique quant au grammage du papier (de 40 Gr pour le billet de 1.000 à 45 Gr pour le 100 en papier ramie et 60 Gr en papier chiffon pour le 50) et pour les représentations allégoriques des symboles de la Grèce. C’est ainsi qu’il est demandé de faire attention aux plis de l’écharpe de la tête surtout à l’encadrement du cou et des épaules. La plus extrême exactitude est aussi au contrat concernant les broderies, en couleurs de l’écharpe et de la blouse de la jeune fille (au verso du billet de 1.000) car elles sont caractéristiques de ce costume local.

LE BILLET DE 50 DRACHMES (4 COULEURS SUR 2 FACES)

Imprimé à 25 millions de coupures, il est l’œuvre des graveurs Georges Beltrand pour le recto et Camille Beltrand pour le verso. Ce billet symbolise l’agriculture prépondérante de la Grèce et particulièrement la culture du blé, avec une jeune femme tenant une gerbe de blé et en filigrane Déméter la déesse des moissons. On retrouve Déméter au verso du billet. On remarque dans ce billet et les 2 autres les teintes douces et pour ce 50 drachmes la déesse au verso, qui tient une branche d’olivier (ou de laurier ?) ressemble étrangement à l’allégorie de notre 500 Fr La Paix œuvre aussi de Sébastien Laurent.

LE BILLET DE 100 DRACHMES (4 COULEURS SUR 2 FACES)

Impression de 20 millions de coupures. Graveur du recto Georges Hourriez et pour le verso Rita Dreyfus (comme pour le 500 Fr La Paix). Ce billet symbolise le commerce grec essentiellement tourné vers l’extérieur avec la présence de bateau et du dieu du commerce Hermès (Mercure pour les romains). Au verso une paysanne hellène porte sur l’épaule une hotte remplie de raisin, autre richesse de la Grèce qu’il soit frais ou sec.

LA VIGNE : selon la mythologie grecque, la vigne fut un cadeau de Dionysos (Bacchus chez les romains) à Icarios premier roi d’Icarie en remerciement de son hospitalité. Hélas, Icarios fut assassiné par ses propres sujets enivrés de vin. De désespoir Erigone (la fille du roi) se pendit à l’arbre à coté de la tombe de son père. Ainsi fut symboliquement expliqué le fait que les grappes de raisins sont pendues à la vigne. Bacchus fit dit-on la conquête de l’Inde monté sur un âne en enseignant la culture de la vigne. Ses disciples ( ou les romains ) ont fait certainement un petit tour en Auvergne.

LE BILLET DE 1000 DRACHMES (4 COULEURS ET UNE TAILLE DOUCE DE JULES PIEL)

Tirage 5 millions de coupures. Le graveur du recto est Ernest Deloche celui du verso Georges Hourriez. Ce billet, au recto, rend hommage à l’olivier autre richesse grecque. Une jeune fille en costume traditionnel (curieusement non colorée) tient une « amphore » à huile, elle est entourée de 2 branches d’olivier. Au verso, cette même jeune fille à l’identique, mais en couleur. Autour d’elle, la métallurgie, le train, bateau et usine symbolisent le développement économique de la Grèce. En filigrane le portrait de Zeus.

Ces 3 billets, mis en circulation en Grèce le 1er Septembre 1935, sont de rareté à peu près identique si l’on se réfère à World Paper Money (environ 20 dollars US en neuf). Cependant et paradoxalement, la coupure de 1000 pourtant le plus faible tirage est la plus commune. Les 2 autres coupures (et surtout la 100) sont beaucoup plus rares. Je vous invite maintenant à regarder plus en détails ces 3 billets, qui après plus de 3 quarts de siècle de vagabondage, sont revenus sur leur lieu de naissance…à Chamalières.

Yves JEREMIE

BIBLIOGRAPHIE PRINCIPALE :

Retour aux exemples de causeries