Club Auvergne Papier-Monnaie Chamalières

CLUB AUVERGNE PAPIER-MONNAIE CHAMALIERES

Le mois dernier nous commémorions le 90ème de l’Armistice du 11–11-1918 (hélas, pour la première fois sans la présence d’un Poilu) mettant fin à la Grande Guerre de 1914-1918. Nous avons consacré une causerie aux billets de nécessité auvergnats émis pendant cette période (causerie du 24-01-2004). D’autres éléments monétaires permirent à l’Armée Française de subvenir à ses besoins financiers car, c’est bien connu l'argent est le nerf de la guerre. Il s’agit, d’une part des versements d’or par les français en échange de billets de la Banque de France et, d’autre part par la souscription de bons de la défense nationale pouvant être souscrits soit en or soit en espèces. Nous nous intéresserons aujourd’hui à l’échange or contre billets de banque.

UN PEU D’HISTOIRE MONETAIRE :

Dès le 5-08-1914, le cours forcé des billets de banque est établi ainsi que la suspension de la libre convertibilité du papier-monnaie en or. Donc à cette date plus question de demander des pièces d’or en échange de billets.

Nota : Il est curieux de constater que cette restriction applicable de part la loi n’a pas entraîné les modifications nécessaires sur les billets de la B. de F. . C’est ainsi que les billets de 100 Frs type 1906 LOM comportent normalement la mention « payables en espèces, à vue, au porteur » pour les billets émis de 1908 à 1914. Mais les suivants ne devraient pas comporter cette mention pour les billets de 1915 à 1928 date de rétablissement du cours légal. A plus forte raison, avec la modification du type à « grands cartouches » en 1923, il eut été facile de supprimer cette mention qui, de toutes façons ne sera plus utilisée, rendant ainsi les billets suivants non convertibles en or.

LES VERSEMENTS D’OR :

Dès la déclaration de la Guerre le 2-08-1914 se pose le problème du financement du conflit, car l’impôt n’est pas suffisant pas plus que les avances de la B. de F . Il convient donc d’avoir recours à l’emprunt en France (emprunt pour la Défense Nationale et Bons de Défense) et à l’étranger, d’ou la nécessité d’offrir, en cette période de guerre une garantie or aux Etats préteurs.

Alors une campagne nationale, avec l’aide de la B de F., est organisée pour convaincre les français d’ECHANGER leur or contre des billets de la B. de F ou de souscrire aux emprunts.

Nota : Une croyance tenace veut que nos grands-parents aient donné leur or (sous-entendu sans contre-partie) alors qu’ils l’on échangé. En effet, l'or permet d’obtenir du crédit auprès des Etats préteurs et permet de garantir les emprunts des particuliers.

L’ECHANGE D’OR CONTRE DES BILLETS B. de F :

La campagne de « propagande » en faveur de l’échange est effrénée auprès des français qui répondent massivement à cet appel en déposant leur or dans les banques, les postes, les perceptions et… les notaires (officiers ministériels). En échange de pièces d’or françaises (pièces de 5, 10, 20, 40, 50 et 100 Frs) il sera remis la contre-partie en billets B de F (5 Fr bleu, 20 noir, 20 bleu, 50 bleu et rose, 100 bleu et rose, 100 LOM, 500 bleu et rose et 1000 bleu et rose).

Nota : Près de 100 ans après l’échange nos grands-parents ont-ils, en plus de leur patriotisme, fait une bonne affaire ? Numismatiquement contre 1 napoléon de 20 Frs. (110 euros environs) ils on peut-être reçu un billet de 20 Frs bleu (près de 1.000 euros en SPL) et même s’il ne s’agissait que d’un TB, l’échange est gagnant à condition d’avoir conservé ce billet ce qui n’est pas sur : on garde l’or et on se débarrasse du papier. En plus des billets, et pour valoriser l’échange, il est remis à cette occasion un certificat constatant la transaction.

LES CERTIFICATS D’ECHANGE :

Il y a 2 types de certificats, tous les 2 signés par le Secrétaire Général de la B.de F. (Ernest PICARD) garant de l’opération :

MONTANTS RECUEILLIS :

De juillet 1915 à novembre 1918 la B. de F. a réuni 2.400 millions en or soit environ la moitié du stock détenu par les particuliers. Il faut dire que les campagnes de publicité n’étaient pas avares de slogans comme : versez votre or c’est gagner sans rien perdre , des films comme : versez votre or c’est pour la nation. La B. de F. achète même un camion et un projecteur pour passer ces films (grâce à ses succursales) jusque dans les régions les plus reculées. Les versements dans les départements ne sont pas homogènes et les relances préfectorales sont là pour faire activer les versements à travers des circulaires mêlant compétition, sens patriotique et interdictions comme pour le département du Vaucluse.

Il est difficile d’attribuer une cotation aux 2 certificats car il n’y a pas d’ouvrages sur le sujet. Disons que le type 1916 est plus rare que le 1915 et que plus le montant de l’échange est important plus le document est rare. Une fourchette de prix entre 5 et 30 euros suivant le type et l’état semble raisonnable.

Avec les certificats de versements d’or pour la défense nationale quel joli lien de transition entre la monnaie métallique or et le papier-monnaie des billets de la B. de F.. Espérons simplement que ce formidable élan patriotique et de solidarité aura au moins contribué à abréger la durée de la guerre (!) et épargner des vies. Mais hélas, l’histoire ne retiendra pas cette leçon, car après la «der des der» viendront d’autres conflits…

Yves JEREMIE

BIBLIOGRAPHIE PRINCIPALE ET REPERE :

Retour aux exemples de causeries